composition7.jpg

Ce site "Boulevard de Flore" regroupe plusieurs auteurs de styles différents, de genres différents, d'écrits à diverses périodes. Ces écrivains n'en forment qu'un, regroupant plusieurs facettes de la même personne (Kate SATANI). En voici la liste ci-dessous :                                      

Morgane WILLIAMS, Maggie ANGELS, Marie LAFFONT, ANOUCHKA 

Petit clin d'oeil au "Café de Flore" à Paris. Le Café de Flore fait son apparition au début de la IIIème République, en 1885 exactement. C'est dans ce café, au 1er étage que Charles Maurras fonda le journal l'Action Française. Vers 1913, Guillaume Apollinaire qui habite boulevard saint-Germain investit les lieux. Avec le poète Salmon, il transforme le rez-de-chaussée en salle de rédaction. C'est ainsi que la revue " Les soirées de Paris " voit le jour. Il y prend ses habitudes. Au point de fixer ses rendez-vous à heures fixes comme dans un bureau. En 1917, on peut le voir à la terrasse du Flore en grande discussion en compagnie de André Breton et Aragon. Le mot surréaliste est inventé et le groupe dadaîste est né.
Dans les années 30, c'est le tout le Paris littéraire qui se précipite au Flore : Léon-Paul Fargue, Raymond Queneau, Michel Leiris. Georges Bataille, Robert Desnos sont parmi les clients les plus assidus.
Des anciens de Montparnasse y séjournent volontiers, comme Derain, les frères Giacometti, Zadkine ou encore Picasso.
Le monde du cinéma n'est pas indifférent à cette atmosphère particulière. Marcel Carné y croise l'acteur Serge Reggiani. Jean-Louis Barrault débarque quant à lui avec sa troupe de théâtre après les représentations..
Mais le rachat par Boubal du Flore en 1939 sonna l’âge d’or du café germanopratin. En témoigne, La Nuit de Saint-Germain des Près, le dernier album des aventures de Nestor Burma par Léo Malet et Moynot d'après les personnages de Jacques Tardi. Le patron du Flore y est croqué avec beaucoup de tendresse. Boubal, a su attirer au Flore une élite intellectuelle, avec comme chefs de file, le tandem germanopratin Sartre-Beauvoir qui en firent leur “siège social“. Ce n’est pas le moindre paradoxe du bougnat Boubal. Comme son confrère, Cazes chez Lipp, il n’ouvrait jamais un livre.
En 1984, Miroslav Siljegovic préside aux destinées du Flore, il a repris également la Closerie des Lilas.

Est interdite, toute reproduction même partielle des textes, pages, images,  logo, documents, graphismes, idées sans l'autorisation préalable de l'auteur.Tout contrevenant s'expose à des poursuites judiciaires.A titre d'information, tous les écrits, photos et graphismes ont fait l'objet d'un copyright et ou d'un dépôt aux minutes d'un huissier.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site